Avertir le modérateur

18/09/2013

Serge Gainsbourg revit dans l'ovni Paris N'existe Pas

Un trésor réapparait le 06 novembre : Paris N'existe pas, film de 1968 de Robert Benayoun avec Serge Gainsbourg lumineux, Richard Leduc en proie au doute et la belle Danielle Gaubert.

DANIELE GAUBERT 1.png

Au cours d'une crise d'inspiration, un jeune peintre prend conscience de sa capacité a voyager dans les temps par la pensée. Inquiets des dangers qu'il court lors de ses étranges voyages, ses amis tentent de l'arracher de ses hallucinations.

 

Paris N’existe Pas a été sélectionné en 1969 à Cannes (semaine de la critique), à Locarno et à San Francisco. Il sort le 6 novembre 2013 pour la première fois en dvd. La musique, très présente tout au long du film a été composée par Serge Gainsbourg et Jean-Claude Vannier qui signent là leur première collaboration deux ans avant l’Histoire de Melody Nelson.

 

 

parisnexistepas_cover_v3_a.jpg

19/02/2013

Brad Scott, un talent qui évoque Gainsbourg avec Pif Paf Pouffes

Voilà un titre qui fera plaisir à tous les amateurs de Gainsbourg ! Brad Scott est de cette trempe, avec sa gouaille et sa voix grave, son titre Pif Paf Pouffes méritait un coup de projecteur !  Ce bassiste; qui  se noya dans le punk à l'adolescence, -même si, comme Sting, il a une solide formation classique-, un enfant de Bowie et du glam rock.

 

1985. Un jour, il  quitte Londres et prend le Ferry. Enfin à Paris, il  joue avec  Renaud ou Buzy et puis, vite, avec Arthur H. Marqué par la chanson française, ses valses, ses tempos, et ses  cabarets,

 

Et C'est un secret bien gardé. La France a eu une drastique et évidente influence sur le rock anglais. Les mods des sixties ne juraient que par Godard  et les Beatles ont adopté, en fait, la coiffure de Jean Claude Brialy

 

Aprés Arthur, il joue avec le père, le grand Jacques, et  Bashung. Une rencontre qui  le marque, évidemment. Brad est plus francophile que tous ceux qui s'évertuent à singer les groupes de Londres et d'ailleurs et se ridiculisent a chanter en anglais . Apparemment, lui, l'Anglais à Paris, a compris mieux qu'eux. Certes, la France n’a pas Chuck Berry. Mais elle a Serge Gainsbourg, Baudelaire, Boris Vian et Claude Debussy .

 

Personne ne s'étonne donc quand Brad enregistre sous son nom. Et en français évidemment. Avec un léger accent anglais, ce qui ajoute une distance bienvenue.

 

Des blues et des ballades stoniennes, qui rappellent parfois les tempos lourds et la moiteur de " Sticky Fingers ", des  boogie entre Humble Pie et Marc Bolan. C'est sûr, Brad connaît les spécialités et les recettes de son pays. Et d’une voix cassée, sexy,il raconte les douleurs  que vous causent les gamines et les hantises du temps qui passe. C'est un disque d'adulte, qui lui ressemble.

 

Un format rock, bien  sûr  ( avec orgues et choristes…) mais un chanteur au-dessus de cela. Entre Daniel Darc et Bashung?  Sans doute. Mais avec autre chose. Ce parfum de Londres qui n'appartient qu'à lui.

acheter le titre sur Itunes

163-Image 4.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu