Avertir le modérateur

22/05/2013

Tristesse Contemporaine retrouve Andy Warhol chez Burger King

tristessecontemporaine.jpg

Depuis l'année dernière, Tristesse Contemporaine a considérablement épaissi le son de sa musique. Composé de trois apatrides installés à Paris, la Japonaise Narumi, le Suédois Leo Hellden (déjà aperçu chez Aswefall) et l’Anglais Maik (ex-Earthling), Tristesse Contemporaine a trouvé asile chez les infatigables têtes chercheuses du collectif et label parisien Dirty. Ils reviennent aujourd’hui avec un nouvel EP, “Woodwork” (du nom du 3e titre de l’EP). Ils ont par ailleurs mis “Waiting” en images : on y voit le père du pop art dégustant un Burger King. Des images tirées d’un documentaire de 1982, 66 scenes from America, réalisé par Jørgen Lethpour.

 

 

Le Woodwork E.P. est l’acte deux de l’histoire de Tristesse Contemporaine. Un nouveau label, Record Makers (en partenariat avec sa maison d’origine Dirty) et l’affirmation en quatre titres (dont trois inédits) de ce qui constitue son ADN :

Waiting : obsessionnel, hanté, élégiaque, soit l’art de faire danser les morts vivants.

Vampires : à l’ombre des géants de la new wave, une prière minimaliste pour chasser les fantômes.

Woodwork : solaire et languide, l’éloge de la patience selon Tristesse Contemporaine.

Low Tide : retour sur le dancefloor pour une comptine perverse sous stupéfiant. Higher than the sun.

A l’orée du club, Tristesse Contemporaine nous attend désormais au tournant (un nouvel album est annoncé pour septembre) : personne ne sortira d’ici vivant...

 

http://www.recordmakers.com

26/04/2011

Stefano di Battista, le jazzman qui joue à l'oreille des femmes

Stefano10@G.Canitano recadrée retouchée.jpgStefano di Battista, l’immense saxophoniste italien, héritier direct de Charlie Parker, reconnu comme l’un des plus grands musiciens européens de ces deux dernières décennies, délivre un album définitif, aux contours multiples, creusant bop, hard bop et explorant de nouvelles voies, pour le dédier tout entier aux femmes.

A LA femme, source d’inspiration infinie ; chaque morceau se révélant être un hommage à l’une de ses muses. Stefano di Battista rend ainsi des hommage très inspirés à Coco Chanel, Josephine Baker ou Lara Croft.

‘Woman’s Land’ sort le 28 avril prochain chez Discograph, et d’ici là, vous pouvez découvrir Stefano di Battista en live à La Villette !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu