Avertir le modérateur

19/05/2011

La Réunion, une festival inoubliable en juin au Café de la Danse

La-Reunion.jpgAu programme de cet événement

et bien sur de la musique avec
Christine Salem www.myspace.com/salemtradition
Davy Sicard www.davysicard.fr/
Urbain Philéas www.myspace.com/phileasurbain

Des concerts bien sûr mais aussi des moments de découverte et de partage avec le public, des élèves et la population !

Un événement organisé avec le soutien du Commissariat pour 2011, année des Outre-mer français, du Ministère de l’Outre-mer, du Ministère de la Culture, de la Région Réunion, de Ile de la Réunion Tourisme (IRT) et du Conseil Général de La Réunion.

www.2011-annee-des-outre-mer.gouv.fr

http://www.cafedeladanse.com

15/12/2009

Fabrice Luchini, dernières représentations pour le Point sur Robert

fabriceluchini.jpg

FABRICE LUCHINI

LE POINT SUR ROBERT

Variations sur Paul Valéry, Roland Barthes, Chrétien de Troyes, Molière…

 

Après l’incroyable succès rencontré, Fabrice Luchini termine sa tournée entamée en 2008 par une nouvelle résidence à l’Espace Pierre Cardin pendant les fêtes de fin d’année. Courez-y !

 

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui--même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres. Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

 

 

Décembre

Mercredi 16 Rueil - Théatre André Malraux

Jeudi 17 Rueil - Théatre André Malraux

Vendredi 18 Courbevoie - Théatre Carpeaux

Samedi 19 Montargis - Salle des Fêtes

Mardi 22 Espace Cardin

Mercredi 23 Espace Cardin

Jeudi 24 Espace Cardin

Samedi 26 Espace Cardin

Dimanche 27 Espace Cardin 17 h

Mardi 29 Espace Cardin

Mercredi 30 Espace Cardin

Jeudi 31 Espace Cardin

 

Janvier

Vendredi 8 Dijon - L'Opéra

Samedi 9 Dijon - L'Opéra

Dimanche 10 Sochaux - Le Mals

Mercredi 13 Montpellier - Opéra Comédie

Jeudi 14 Privas - Théâtre de Privas

Mardi 19 Nice - Théâtre national

Mercredi 20 Nice - Théâtre national

Jeudi 21 Nice - Théâtre national

Vendredi 22 Nice - Théâtre national

Mardi 26 Caudry - Théâtre

Samedi 30 Lyon - La bourse

 

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui-même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres.

 

Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

Ecouter Fabrice Luchini sur une scène, c’est voir des feux follets dans la nuit, c’est le jet de pierres dans le lac et les multiples cercles qui s’y forment et qui nous amènent à explorer tout un champ de possibles, c’est nous faire comprendre l’exceptionnelle force et soutien que peut représenter la littérature, c’est aussi nous faire rire, de nous-mêmes avec la plus grande légèreté. Et filmer la voix de Fabrice Luchini, c’est simplement répondre à l’appel de cette voix, être à son écoute dans une présence « sensible », toujours organique. C’est essayer de garder intact l’énergie de son vouloir, c’est ne pas fausser le trait par l’intention que le cinéaste serait tenté d’y mettre, pour y surexposer sa vision. L’admiration est chose assez rare pour être préservée : la réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.

« La voix humaine me semble si belle prise intérieurement au plus près de sa source, que les diseurs de profession presque toujours me semblent insupportables quand ils prétendent interpréter les textes alors qu’ils ne font que débaucher les intentions et le chant des mots combinés ». Ecoutez et regardez Fabrice Luchini interpréter ces textes sans jamais en débaucher les intentions !  Un acteur au travail. Plus encore, un grand artiste qui nous élève à son niveau en même temps qu’il s’accomplit.

Route de braises, et non de cendres. Prenez cette route avec lui, et vous comprendrez que la poésie sera toujours une chose préservée.

 

22/06/2009

Fabrice Luchini à New York, et de retour à L'Espace Cardin cet hiver pour Le Point sur Robert

100x150-luchini-haute-def1.jpg

FABRICE LUCHINI

LE POINT SUR ROBERT

Variations sur Paul Valéry, Roland Barthes, Chrétien de Troyes, Molière…

 

Devant l’incroyable succès rencontré, Fabrice Luchini poursuit sa tournée entamée en 2008, et présentera Le Point Sur Robert à partir de cet été au Canada, à New York, et en Suisse, puis reviendra en France pour une nouvelle résidence à l’Espace Pierre Cardin.

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui--même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres. Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

Pour réserver une place

http://www.fnacspectacles.com/recherche/rechercheRapide.do?search=luchini#a1245675926250

 

 Juillet

Lundi 20 Festival de Terre-Neuve

Mardi 21 Festival de Terre-Neuve

Mercredi 29 Festival Lacoste - Les Carrières du Château du Marquis de Sade

 

Septembre

Dimanche 13 Montreal - Monument National

Lundi 14 Montreal - Monument National

Mardi 15 Montreal - Monument National

Jeudi 17 Montreal - Monument National

Vendredi 18 Montreal - Monument National

Samedi 19 Montreal - Monument National

Dimanche 20 Montreal - Monument National

Lundi 21 Montreal - Monument National

Mercredi 23 Montreal - Monument National

Jeudi 24 Montreal - Monument National

Vendredi 25 Montreal - Monument National

Samedi 26 Montreal - Monument National

Dimanche 27 Montreal - Monument National

 

Octobre

Jeudi 1 Québec - Grand théâtre Dimanche 1

Vendredi 2 Québec - Grand théâtre

Mercredi 7 New York - Florence Gould Hall

Jeudi 8 New York - Florence Gould Hall

Samedi 31 Meyrin - Suisse - Le Forum

 

Novembre

Dimanche 1 Meyrin - Suisse - Le Forum

Mercredi 4 Lausanne - l'espace beaulieu - infirmieres

Samedi 7 Vichy - L'opéra Lundi 7

Mercredi 18 Arlon - maison de la culture

Jeudi 19 Arlon - maison de la culture

Vendredi 27 Caudry - Le Théatre de Caudry

Samedi 28 Roubaix - le Colisée

 

Décembre

Jeudi 3 Avignon - L'Opéra

Jeudi 10 Romorantin - La pyramide Espace Francois de Romorantin

Vendredi 11 Massy - L'Opéra

Samedi 12 Chelles - Le théatre

Mardi 15 Troyes - Théatre de Champagne

Mercredi 16 Rueil - Théatre André Malraux

Jeudi 17 Rueil - Théatre André Malraux

Vendredi 18 Courbevoie - Théatre Carpeaux

Samedi 19 Montargis - Salle des Fêtes

Mardi 22 Espace Cardin

Mercredi 23 Espace Cardin

Jeudi 24 Espace Cardin

Samedi 26 Espace Cardin

 

Janvier

Vendredi 8 Dijon - L'Opéra

Samedi 9 Dijon - L'Opéra Mardi 9 Mardi 9

Dimanche 10 Sochaux - Le Mals

Mercredi 13 Montpellier - Opéra Comédie

Jeudi 14 Privas - Théâtre de Privas

Mardi 19 Nice - Théâtre national

Mercredi 20 Nice - Théâtre national

Jeudi 21 Nice - Théâtre national

Vendredi 22 Nice - Théâtre national

Samedi 30 Lyon - La bourse

 

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui-même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres.

 

Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

Ecouter Fabrice Luchini sur une scène, c’est voir des feux follets dans la nuit, c’est le jet de pierres dans le lac et les multiples cercles qui s’y forment et qui nous amènent à explorer tout un champ de possibles, c’est nous faire comprendre l’exceptionnelle force et soutien que peut représenter la littérature, c’est aussi nous faire rire, de nous-mêmes avec la plus grande légèreté. Et filmer la voix de Fabrice Luchini, c’est simplement répondre à l’appel de cette voix, être à son écoute dans une présence « sensible », toujours organique. C’est essayer de garder intact l’énergie de son vouloir, c’est ne pas fausser le trait par l’intention que le cinéaste serait tenté d’y mettre, pour y surexposer sa vision. L’admiration est chose assez rare pour être préservée : la réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.

« La voix humaine me semble si belle prise intérieurement au plus près de sa source, que les diseurs de profession presque toujours me semblent insupportables quand ils prétendent interpréter les textes alors qu’ils ne font que débaucher les intentions et le chant des mots combinés ». Ecoutez et regardez Fabrice Luchini interpréter ces textes sans jamais en débaucher les intentions !  Un acteur au travail. Plus encore, un grand artiste qui nous élève à son niveau en même temps qu’il s’accomplit.

Route de braises, et non de cendres. Prenez cette route avec lui, et vous comprendrez que la poésie sera toujours une chose préservée.

05/05/2009

6 dernieres représentation pour A la Recherche du Temps Perdu avec Bernadette LAFONT, Robin RENUCCI et Xavier GALLAIS

proustaffiche.jpg

Le spectacle de lecture d'instants choisis de À la recherche du temps perdu est prolongé jusqu'au 25 mai 2009 les dimanche et lundi à la Comédie des Champs-Élysées. Soit encore six possibilités de retrouvez Bernadette Lafont, Robin Renucci et Xavier Gallais dans des lectures de Marcel Proust, saluées largement par la presse culturelle.



Ce spectacle prend la forme d’une lecture qui rend accessible à tous une oeuvre réputée

difficile concentrant l’attention sur la subtilité du texte de Marcel Proust, grâce au talent de

trois grands comédiens : Bernadette LAFONT, Robin RENUCCI et Xavier GALLAIS

 

Une lecture sans interprétation excessive dans une mise en scène très simple laissant une

grande place à l'imagination et à la beauté de l’écriture.

Le choix des textes met en avant le comique souvent méconnu de Marcel Proust, à travers la

voix du narrateur et des personnages hauts en couleur comme Madame Verdurin, Monsieur

de Charlus, la Duchesse de Guermantes ou encore Françoise, la cuisinière de Combray. Un

aperçu des multiples tonalités de Proust, la tendresse, la vie mondaine, la littérature et

toujours un immense humour. 

 COMEDIE DES CHAMPS ELYSEES

15 avenue Montaigne – 75 008 Paris

Les dimanches à 19h 30 et les lundi à 20h30 jusqu’au 25 mai

Tarifs : de 10 à 30 €

 

Pour réserver votre place :

http://www.3emeacte.com/comediedeschampselysees/

ATTENTION OFFRE SPECIALE INTERNET ;

TARIFS PREFERENTIELS EN APPELANT DIRECTEMENT LE THEATRE

A CE NUMERO : 01 53 23 99 33

 

17/12/2008

Fabrice Luchini Le Point sur Robert

recto-LUCHINIDVD.jpg 

FABRICE LUCHINI

LE POINT SUR ROBERT

Variations sur Paul Valéry, Roland Barthes, Chrétien de Troyes, Molière…

 

Réalisation Yves Angelo

 

Sortie du DVD chez Tôt ou tard le 17 novembre 2008

plus d'infos sur www.totoutard.com

 

 

 

 

“La réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.”


 

Par où commencer ? Car il y a bien eu un commencement, un point de départ à ce voyage jusqu’à l’ultime halte que représente aujourd’hui ce spectacle de pur théâtre devenu film… Je me replonge lentement à l’intérieur, au-dedans de cette voix de Fabrice Luchini écoutée voilà plus de quinze années lors d’une promenade dans le bois du château de Valençay, cette voix qui me faisait partager, comme on partage un repas ou un vin délicieux, sa première rencontre avec Roland Barthes dans l’appartement de celui-ci : et je me rappelle avec la plus grande clarté m’être senti alors à cet instant-là l’unique spectateur d’un moment de théâtre offert par lui, ou pour lui, dans un espace improbable qu’il arrivait à réduire en espace de scène. L’espace de sa voix. L’espace de son regard et de son incroyable énergie. L’espace de sa ferveur et de son intelligence à nous surprendre. Nous faire découvrir notre faculté jusqu’alors insoupçonnée, à ressentir les mots sans avoir besoin de les analyser pour en comprendre le sens. J’ai connu avec lui maintes autres occasions de ce genre, au café, dans la rue, chez moi ou chez lui, et même sur les plateaux de cinéma : des textes de Thomas Bernhard, des poèmes de Rimbaud, et aussi Nietzsche, Flaubert et bien d’autres… Et chaque fois, je regrettais en moi-même que ces instants ne puissent être gardés, comme on garde un livre cher ou une lettre importante. Mais je ne pensais pas alors à un film destiné aux autres, je pensais à un film pour moi seul, qui me permettrait de mieux comprendre pourquoi cette voix ouvrait une porte jusqu’alors fermée à la simple lecture d’un texte. Etre seul avec cette voix. Etre seul à l’écoute de cette voix…

Parce que cette voix qui parle avec le discours d’un autre, c’est la nôtre. C’est nous-mêmes.

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui-même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres.

 

Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

Ecouter Fabrice Luchini sur une scène, c’est voir des feux follets dans la nuit, c’est le jet de pierres dans le lac et les multiples cercles qui s’y forment et qui nous amènent à explorer tout un champ de possibles, c’est nous faire comprendre l’exceptionnelle force et soutien que peut représenter la littérature, c’est aussi nous faire rire, de nous-mêmes avec la plus grande légèreté. Et filmer la voix de Fabrice Luchini, c’est simplement répondre à l’appel de cette voix, être à son écoute dans une présence « sensible », toujours organique. C’est essayer de garder intact l’énergie de son vouloir, c’est ne pas fausser le trait par l’intention que le cinéaste serait tenté d’y mettre, pour y surexposer sa vision. L’admiration est chose assez rare pour être préservée : la réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.

« La voix humaine me semble si belle prise intérieurement au plus près de sa source, que les diseurs de profession presque toujours me semblent insupportables quand ils prétendent interpréter les textes alors qu’ils ne font que débaucher les intentions et le chant des mots combinés ». Ecoutez et regardez Fabrice Luchini interpréter ces textes sans jamais en débaucher les intentions !  Un acteur au travail. Plus encore, un grand artiste qui nous élève à son niveau en même temps qu’il s’accomplit.

Route de braises, et non de cendres. Prenez cette route avec lui, et vous comprendrez que la poésie sera toujours une chose préservée.

 

                                                                            Yves Angelo. 14 juillet 2008

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu