Avertir le modérateur

02/10/2009

Boxon reçoit son bapteme du feu

C'est dans la contrée des «Lilas» que les musiciens du groupe BoXoN sont nés courant des années 90. Amis de naissance, Marlon Rouet et Valentin Marceau formeront leur premier groupe à l'âge de 10 ans. Après avoir joué au sein de plusieurs formations, ils fondent en 2006 le groupe "BoXoN" accompagné de Timothée Marceau (le petit frère de Valentin, la mascotte) et Jérôme Serey.

Avec deux clips à leur actif, promenant sur de nombreux sites leur humour rock, subtil et décapant,

clins d’oeil caustiques à la Beatlemania et à la pop music de leurs parents, ils n’hésitent pas à créer une

BoXoNmania auprès de leur public ravi de cette nouvelle fraîcheur musicale.

L’album est enfin sur sa rampe de lancement… 

 

11/09/2009

Bireli Lagrene, un géant du jazz en trio

VisuelGipsyTrio.jpgAu commencement, il y a Django. Dans la langue des Manouches, cela signifie « je réveille ». De tous ses disciples, Biréli Lagrene est celui qui, avec le plus d’audace, d’autorité  et d’indiscipline, réveille sa musique d’une longue tradition mimétique. Biréli n’appartient évidemment pas à la cohorte des intégristes obsessionnels de la musique inventée par le « Divin manouche, tous ces épigones trop zélés chez qui le culte de la répétition se confond avec la répétition du culte. Sa réponse est simple et directe : « Django m’a aidé à aller voir ce qui se passe ailleurs. »

Biréli Lagrene, grand taiseux dans la vie ordinaire, n’est jamais aussi volubile qu’avec une guitare entre les mains. Sa technique phénoménale et sa vélocité ailée ne sont pour lui que de simples  accessoires. Elles participent uniquement de la grammaire nécessaire à la libre expression de la musique qui bouillonne en lui. La virtuosité, cette plaie de la musique quand elle n’est qu’ostentatoire et démonstrative, rime souvent avec vanité. Bien loin d’être l’un de ces matamores de la guitare mitraillette, Biréli s’affirme d’abord comme un jazzman d’instinct et d’instant, un improvisateur d’une exceptionnelle et permanente créativité. Pourtant, il ne joue pas de ce qu’on nomme pompeusement de la « musique créative ». Lui pourtant, sans préméditation, sans fioritures ni ratures, il est  perpétuellement créatif. C’est parce qu’il ne joue que pour la musique, pour qu’elle advienne et jaillisse naturellement sous ses doigts, dans le feu du jeu, dans la surprise de l’échange. Conséquences : aucune note de trop pour déséquilibrer l’élégance et troubler la fluidité de ses longues phrases sinueuses. Aucun effet de manche pour épater la galerie. Aucune roublardise, rien que de  la gourmandise. Fouetté par une mise en place impeccable, zébré de fusées imprévisibles, griffé de fulgurances, son jeu est sans cesse soulevé par la vague d’un chant intérieur, une gaieté lyrique intense, toujours teintée, comme souvent chez les Manouches, d’un doux nuage de nostalgie.

Avec ce nouveau disque, dans la formule spartiate du trio de cordes (14 au total !), Biréli retrouve ave bonheur ses deux fidèles complices, le toujours parfait Diego Imbert à la contrebasse et Hono Winterstein qui scande à la guitare d’accompagnement les quatre temps et fait derrière lui admirablement la pompe, cet immuable et souple balancement, griffe du swing gitan. À la tête d’un attelage aussi sûr que précis, Biréli peut en toute liberté tutoyer les sommets de son art. Le répertoire, intelligemment enchaîné, est composé de thèmes peu visités de Django, de « Broadway Melodies », de standards que l’on croyait éculés, d’une chanson française oubliée, d’une valse ardente signée de sa plume et d’un hommage amical à Francis Dreyfus pour célébrer quinze années de compagnonnage phonographique.

À partir d’un tel tremplin, le flamboyant guitariste peut prendre magnifiquement son envol. Et nous gratifier de l’un de ses meilleurs albums.

 

www.disquesdreyfus.com

 

 

 

07/09/2009

Bireli Lagrene, un géant du jazz en trio

VisuelGipsyTrio.jpgBiréli Lagrène : Gipsy Trio

www.disquesdreyfus.com

Bireli Lagrène, virtuose aux idées toujours surprenantes, publie "Gipsy Trio" avec les fidèles Diego Imbert à la contrebasse et Hono Winterstein à la guitare. Un groupe qui a le swing chevillé aux cordes. Biréli ne perd jamais de vue que la guitare est avant tout un jeu, un jeu où l’on doit toujours prendre du plaisir. Et c’est sans doute ce qui frappe le plus à l’écoute de ce disque : Biréli s’amuse. Au fil des plages, il batifole, il taquine, il s’emporte, il feinte, il plaisante, il rigole, il jongle, il frime, il singe, il invente et surprend.. Biréli Lagrène a, une fois n’est pas coutume, allégé son traditionnel Gipsy Project pour n’en conserver que sa quintessence rythmique. « Gipsy Trio » a déjà largement salué par la critique comme un disque majeur de son auteur.

Au commencement, il y a Django. Dans la langue des Manouches, cela signifie « je réveille ». De tous ses disciples, Biréli Lagrene est celui qui, avec le plus d’audace, d’autorité  et d’indiscipline, réveille sa musique d’une longue tradition mimétique. Biréli n’appartient évidemment pas à la cohorte des intégristes obsessionnels de la musique inventée par le « Divin manouche, tous ces épigones trop zélés chez qui le culte de la répétition se confond avec la répétition du culte. Sa réponse est simple et directe : « Django m’a aidé à aller voir ce qui se passe ailleurs. »

Biréli Lagrene, grand taiseux dans la vie ordinaire, n’est jamais aussi volubile qu’avec une guitare entre les mains. Sa technique phénoménale et sa vélocité ailée ne sont pour lui que de simples  accessoires. Elles participent uniquement de la grammaire nécessaire à la libre expression de la musique qui bouillonne en lui. La virtuosité, cette plaie de la musique quand elle n’est qu’ostentatoire et démonstrative, rime souvent avec vanité. Bien loin d’être l’un de ces matamores de la guitare mitraillette, Biréli s’affirme d’abord comme un jazzman d’instinct et d’instant, un improvisateur d’une exceptionnelle et permanente créativité. Pourtant, il ne joue pas de ce qu’on nomme pompeusement de la « musique créative ». Lui pourtant, sans préméditation, sans fioritures ni ratures, il est  perpétuellement créatif. C’est parce qu’il ne joue que pour la musique, pour qu’elle advienne et jaillisse naturellement sous ses doigts, dans le feu du jeu, dans la surprise de l’échange. Conséquences : aucune note de trop pour déséquilibrer l’élégance et troubler la fluidité de ses longues phrases sinueuses. Aucun effet de manche pour épater la galerie. Aucune roublardise, rien que de  la gourmandise. Fouetté par une mise en place impeccable, zébré de fusées imprévisibles, griffé de fulgurances, son jeu est sans cesse soulevé par la vague d’un chant intérieur, une gaieté lyrique intense, toujours teintée, comme souvent chez les Manouches, d’un doux nuage de nostalgie.

Avec ce nouveau disque, dans la formule spartiate du trio de cordes (14 au total !), Biréli retrouve ave bonheur ses deux fidèles complices, le toujours parfait Diego Imbert à la contrebasse et Hono Winterstein qui scande à la guitare d’accompagnement les quatre temps et fait derrière lui admirablement la pompe, cet immuable et souple balancement, griffe du swing gitan. À la tête d’un attelage aussi sûr que précis, Biréli peut en toute liberté tutoyer les sommets de son art. Le répertoire, intelligemment enchaîné, est composé de thèmes peu visités de Django, de « Broadway Melodies », de standards que l’on croyait éculés, d’une chanson française oubliée, d’une valse ardente signée de sa plume et d’un hommage amical à Francis Dreyfus pour célébrer quinze années de compagnonnage phonographique.

À partir d’un tel tremplin, le flamboyant guitariste peut prendre magnifiquement son envol. Et nous gratifier de l’un de ses meilleurs albums.

30/12/2008

Le jeu Ultimate Band réveille le rockeur qui est en toi

ultimateds.jpg

Ultimate Band vous transporte dans le monde excitant des rocks stars. Rejouez et vivez les classiques du rock ainsi que les titres les plus récents avec pour seul outil votre télécommande Wii™,

votre Nunchuk™ ou bien votre stylet DS pour devenir le groupe ultime !

 

Une toute nouvelle expérience musicale pour les fans des consoles Wii™ et Nintendo DS™. Le jeu sera disponible en France le 12 février 2009.

Jouant seules ou au sein d'un groupe, les graines de rockers de tous âges pourront passer d'un statut de débutants répétant dans un garage à celui de superstars remplissant les stades. Disney a réuni des titres parmi les plus connus du rock et les a associés à un gameplay accessible afin d’offrir aux joueurs une expérience de grande qualité et des heures de fun.

 

Ici, pas de périphérique au coût exorbitant car les deux jeux utilisent uniquement sur Wii, la télécommande Wii et le Nunchuk et sur Nintendo DS le stylet, permettant d’éviter aux acheteurs une dépense superflue.

 

Ultimate Band sur Wii permet aux joueurs de créer un groupe avec son propre look, son style et son attitude. En perfectionnant leurs compétences musicales et en améliorant leurs performances, ils peuvent grimper les échelons de leur carrière musicale, passant du garage du quartier à une salle gigantesque, jouant à guichet fermé devant des milliers de fans en délire.

En choisissant leur propre tenue de scène, les joueurs peuvent créer des personnages uniques qui reflètent leur personnalité et leurs ambitions. Sur le chemin de la célébrité, les joueurs débloquent de nouvelles chansons, de nouvelles scènes et des accessoires qui pourront être utilisés pour personnaliser les membres de leur groupe.

 

Ultimate Band sur Nintendo DS est un jeu de rythme avec un studio d'enregistrement intégré. Les joueurs peuvent jammer sur des chansons actuelles ou des classiques en utilisant la batterie, la guitare solo ou rythmique, ou encore la basse. Ils peuvent également composer leurs chansons originales en utilisant l'écran tactile et le stylet de la DS pour créer des pistes pour chaque instrument et appliquer des effets au mixage.

 

 

 

 

 

Retrouvez sur Wii des chansons rendues célèbres par :

The Kinks - Free - The Kooks - Incubus - Weezer - The Doors - Kasabian -

Avril Lavigne - Paramore - Modest Mouse - The Pixies - The White Stripes

- Blink 182 - Pink - AFI - Blondie - My Chemical Romance - Jonas Brothers

- Cheap Trick - Sum 41 - Radiohead - The Cars - All American Rejects - The

Who - Plain White T’s - B-52’s - The Killers - Blur - The Raconteurs -

Razorlight - Fall Out Boy - The Bravery - Rooney - Devo - Maroon 5 - Won’t

Go Home Without You

 

Retrouvez sur Nintendo DS des chansons rendues célèbres par:

The Kinks - Smash Mouth - Blondie - Blink 182 - Jonas Brothers - The

Killers - The Cars - All American Rejects - The Who - Panic at the Disco -

Plain White T’s - B-52’s - The Raconteurs - Fall Out Boy - Devo.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu