Avertir le modérateur

17/09/2009

Pauline Paris appelle Aux armes Paname

Flyer 2 Tourne¦üe Ge¦üne¦ürale de Paris.jpg

Depuis plusieurs années, Pauline Paris donne plusieurs centaines de concerts par an à Paris et province, et s’est fait connaître grâce à sa longue expérience de la scène. Pour présenter son deuxième album Le Grand Jeu, Pauline Paris lance la tournée générale de Paris du 27 septembre au 20 novembre. Le concept ? Un concert donné dans chaque arrondissement parisien. L’occasion de la voir et revoir sur scène avant la sortie de son nouvel album le 05 octobre

 


Arrondissement

Date

Heure

Lieu

Adresse

1

dim 27 septembre

14h

Le Père Fouettard

9 rue Pierre Lescot

2

ven 2 octobre

18h

Le Cardinal

1 bd des Italiens

3

dim 4 octobre

17h

La Fusée

168 rue St Martin

4

jeu 8 octobre

20h

L'Eléphant du Nil

125 rue St Antoine

5

ven 9 octobre

21h

Polly Maggoo

3/5 rue du Petit Pont

6

sam 10 octobre

19h

Swan Bar

165 bd du Montparnasse

7

mer 14 octobre

19h

Couleur Café

60 rue de Sèvres

8

jeu 15 octobre

19h

Café du Coin

27 rue d'Anjou

9

ven 16 octobre

18h

Le Corail

79 rue Lafayette

10

dim 18 octobre

19h

Le Grenier Voyageur

3 rue Yves Toudic

11

Mer 21 octobre

21h

Le Café de Paris                    158 rue Oberkampf

12

Mer 28 octobre

21h

Hélicon Café                           99, rue de Charenton

13

jeu 29 octobre

20h

Le Village de la Butte

23 rue de la Butte aux Cailles

14

sam 31 octobre

20h

La Bélière

74 rue Daguerre

15

mer 4 novembre

20h

Au Bon Coin

85 rue de Brancion

16

jeu 5 novembre

19h

Les Ondes

2 avenue de Versailles

17

mar 10 novembre

18h

L'Oresto

55 bd Gouvion Saint-Cyr

18

jeu 12 novembre

19h

Le Rendez-vous des Amis

23 rue Gabrielle

19

dim 15 novembre

20h

Le Café Chéri

44 bd de la Villette

20

ven 20 novembre

20h

Le Karton

74 bd de Ménilmontant

 

 

07/09/2009

Bireli Lagrene, un géant du jazz en trio

VisuelGipsyTrio.jpgBiréli Lagrène : Gipsy Trio

www.disquesdreyfus.com

Bireli Lagrène, virtuose aux idées toujours surprenantes, publie "Gipsy Trio" avec les fidèles Diego Imbert à la contrebasse et Hono Winterstein à la guitare. Un groupe qui a le swing chevillé aux cordes. Biréli ne perd jamais de vue que la guitare est avant tout un jeu, un jeu où l’on doit toujours prendre du plaisir. Et c’est sans doute ce qui frappe le plus à l’écoute de ce disque : Biréli s’amuse. Au fil des plages, il batifole, il taquine, il s’emporte, il feinte, il plaisante, il rigole, il jongle, il frime, il singe, il invente et surprend.. Biréli Lagrène a, une fois n’est pas coutume, allégé son traditionnel Gipsy Project pour n’en conserver que sa quintessence rythmique. « Gipsy Trio » a déjà largement salué par la critique comme un disque majeur de son auteur.

Au commencement, il y a Django. Dans la langue des Manouches, cela signifie « je réveille ». De tous ses disciples, Biréli Lagrene est celui qui, avec le plus d’audace, d’autorité  et d’indiscipline, réveille sa musique d’une longue tradition mimétique. Biréli n’appartient évidemment pas à la cohorte des intégristes obsessionnels de la musique inventée par le « Divin manouche, tous ces épigones trop zélés chez qui le culte de la répétition se confond avec la répétition du culte. Sa réponse est simple et directe : « Django m’a aidé à aller voir ce qui se passe ailleurs. »

Biréli Lagrene, grand taiseux dans la vie ordinaire, n’est jamais aussi volubile qu’avec une guitare entre les mains. Sa technique phénoménale et sa vélocité ailée ne sont pour lui que de simples  accessoires. Elles participent uniquement de la grammaire nécessaire à la libre expression de la musique qui bouillonne en lui. La virtuosité, cette plaie de la musique quand elle n’est qu’ostentatoire et démonstrative, rime souvent avec vanité. Bien loin d’être l’un de ces matamores de la guitare mitraillette, Biréli s’affirme d’abord comme un jazzman d’instinct et d’instant, un improvisateur d’une exceptionnelle et permanente créativité. Pourtant, il ne joue pas de ce qu’on nomme pompeusement de la « musique créative ». Lui pourtant, sans préméditation, sans fioritures ni ratures, il est  perpétuellement créatif. C’est parce qu’il ne joue que pour la musique, pour qu’elle advienne et jaillisse naturellement sous ses doigts, dans le feu du jeu, dans la surprise de l’échange. Conséquences : aucune note de trop pour déséquilibrer l’élégance et troubler la fluidité de ses longues phrases sinueuses. Aucun effet de manche pour épater la galerie. Aucune roublardise, rien que de  la gourmandise. Fouetté par une mise en place impeccable, zébré de fusées imprévisibles, griffé de fulgurances, son jeu est sans cesse soulevé par la vague d’un chant intérieur, une gaieté lyrique intense, toujours teintée, comme souvent chez les Manouches, d’un doux nuage de nostalgie.

Avec ce nouveau disque, dans la formule spartiate du trio de cordes (14 au total !), Biréli retrouve ave bonheur ses deux fidèles complices, le toujours parfait Diego Imbert à la contrebasse et Hono Winterstein qui scande à la guitare d’accompagnement les quatre temps et fait derrière lui admirablement la pompe, cet immuable et souple balancement, griffe du swing gitan. À la tête d’un attelage aussi sûr que précis, Biréli peut en toute liberté tutoyer les sommets de son art. Le répertoire, intelligemment enchaîné, est composé de thèmes peu visités de Django, de « Broadway Melodies », de standards que l’on croyait éculés, d’une chanson française oubliée, d’une valse ardente signée de sa plume et d’un hommage amical à Francis Dreyfus pour célébrer quinze années de compagnonnage phonographique.

À partir d’un tel tremplin, le flamboyant guitariste peut prendre magnifiquement son envol. Et nous gratifier de l’un de ses meilleurs albums.

18/08/2009

Un single pour sauver la planète

Les bénéfices de ce single seront reversés à la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme, reconnue d'utilité publique, pour soutenir sa mission d'éducation à l'environnement. www.fnh.org Les Voix de Daïa sont plébiscitées par un large public, séduit par ses valeurs familiales et écologiques. Le nouvel extrait qui s’intitule « La voix de la terre », est inspiré de la « Suite n°3 pour orchestre en D major « Aria » » de Bach. Il est interprété par les enfants des « Voix de Daïa » et s’avère un véritable hymne à la préservation de la planète.  Cette chanson aux douces sonorités, continue dans la lignée du 1er single « Ma famille » à faire découvrir de façon ludique les plus grandes œuvres classiques à nos enfants, et va au-delà en sensibilisant à la protection de l’environnement.

 

DaiaSingleDefBlue-1.jpg

 

 

14/08/2009

Elodie Ruillier, chant spectaculaire

elodie08_216.jpg

Un sourire, une fraîcheur, une voix, tantôt insouciante, tantôt profonde, des mélodies sensibles, mais jamais simplistes, des gimmicks hyper entraînants… La jeune auteur/compositeur/interprète a vécu trois ans à New York, et c’est spontanément, que dans son premier album, Affranchie, Elodie Ruillier mêle ses premières amours pour la variété française des années 70 (Michel Berger, Michel Polnareff...) à de fortes affinités pop rock anglo-saxonnes.
Il est donc bien naturel qu’elle ait choisi de véhiculer ses émotions en jouant avec les deux langues.
Affranchie est le fruit d’une rencontre entre Elodie et le pianiste/auteur/compositeur Franck Sitbon, l’un des meilleurs musiciens de la profession, connu du grand public comme étant le pianiste de La Nouvelle Star.


Boxon, nouvelle vague rock

va02.jpgBoXoN est un jeune groupe de rock au talent prometteur… Inspiré par les années 60 et reconnu par un public sans cesse croissant, il a bénéficié en moins de 5 mois de plus de 200 000 visites sur leur page "Myspace" et plus de 500 écoutes quotidiennes. Les musiciens de BoXoN, découvert sur Le Mouv’, savent occuper la scène lors de leurs concerts qui s’enchaînent dans toute la France et leur valent déjà une large reconnaissance.

C'est dans la contrée des «Lilas» que les musiciens du groupe BoXoN sont nés courant des années 90. Amis de naissance, Marlon Rouet et Valentin Marceau formeront leur premier groupe à l'âge de 10 ans. Après avoir joué au sein de plusieurs formations, ils fondent en 2006 le groupe "BoXoN" accompagné de Timothée Marceau (le petit frère de Valentin, la mascotte) et Jérôme Serey.

Avec deux clips à leur actif, promenant sur de nombreux sites leur humour rock, subtil et décapant,

clins d’oeil caustiques à la Beatlemania et à la pop music de leurs parents, ils n’hésitent pas à créer une

BoXoNmania auprès de leur public ravi de cette nouvelle fraîcheur musicale.

L’album est enfin sur sa rampe de lancement… le décollage est prévue le 29 octobre 2009

Ouvrez vos oreilles… Ecoutez cette musique labellisée BoXon… et tant pis pour les retardataires qui

n’auront pas le souvenir des débuts "cultes" de ce groupe de musiciens appelé à la renommée !


 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu