Avertir le modérateur

09/03/2009

Hommage à Yehudi Menuhin

menuhin.jpg

Le 12 mars 1999, Sir Yehudi Menuhin disparaissait à Berlin. 10 ans après, un hommage lui est rendu dans le monde entier.

 

 Considérée comme l’œuvre indépassable consacrée à Yehudi Menuhin, voici des extraits du film Le Violon du Siècle. Le réalisateur, Bruno Monsaigeon, que les amateurs connaissent pour ses portraits de Glenn Gould, Nadia Boulanger, Fischer-Dieskau ou Sviatoslav Richter, était lui-même violoniste. Il a rencontré Menuhin en 1972 et lui a consacré pas moins de seize portraits, dont le dernier, Le Violon du Siècle, achevé en 1995, qui couronne une longue amitié.

 

Filmé chez lui, en Grèce, Yehudi Menuhin nous raconte sa vie. Feuilleter l’album de souvenirs de Yehudi Menuhin, c’est parcourir l’histoire musicale de tout un siècle. Les innombrables archives qui composent le film sont de vrais trésors : regarder ce film, c’est aussi voir Fürtwangler, Fricsay ou Karajan puisqu’il a été dirigé par les plus grands chefs, Rostropovitch,  Fischer-Dieskau ou Gould puisqu’il a joué avec les plus grands musiciens. Un document exceptionnel.

 

la suite disponible en VOD sur www.medici.tv

11/02/2009

Albin de la Simone, Hugh Coltman et Mathieu Boogaerts en concert début mars à l'Alhambra

 

0.jpg

L’Alhambra peut se réjouir d’une programmation exceptionnelle début mars avec des artistes à part : trop rares en concert, trop rares dans les médias, et pourtant tous déjà cultes dans leur registre propre. Grâce à leur inventivité, Mathieu Boogaerts, Albin de la Simone, Hugh Coltman, sans oublier Chat la petite nouvelle, (ré)animent la scène musicale française.

 

Albin de la Simone le 10 mars (première partie CHAT)

Hugh Coltman le 11 mars

Mathieu Boogaerts les 12 et 13 mars

 

L’Alhambra 21 RUE YVES TOUDIC 75010 PARIS

09/02/2009

Marie Claude Pietragalla dans Marco Polo

Visuel MARCO POLO.jpg

Du 06 au 15 mars 2009 au Palais des Congrès. Après son immense succès au festival culturel des Jeux Olympiques, Marco Polo, dernier opus de Marie-Claude Pietragalla, débarque enfin à Paris au Palais des Congrès.

Dans un monde futuriste, où réel et imaginaire s’entremêlent, un homme, Marco Polo, va tenter de retrouver ce chemin qu’il a déjà parcouru et ce monde qu’il a autrefois découvert. Mêlant la danse (classique, hip hop, contemporain, arts martiaux), le chant en live et l’art numérique à travers le film d’animation, Pietragalla Compagnie nous offre une mise en scène artistique ambitieuse et magique. 20 danseurs virtuoses du hip-hop, de la capoeira et des arts martiaux virevoltent comme autant de messagers d’un monde inconnu autour du héro, Marco Polo.
Les corps rebondissent, en coupoles et sauts périlleux. Le décor, qui repose sur un fil d’animation créé exclusivement pour cette pièce, crée l’illusion parfaite. L’ensemble est orchestré sur une bande son qui unit avec brio les styles et les époques : un trio d’opéra, les musiques du dernier album de Christophe ou encore celles de The Chemicals Brothers.

 

 

17/12/2008

Fabrice Luchini Le Point sur Robert

recto-LUCHINIDVD.jpg 

FABRICE LUCHINI

LE POINT SUR ROBERT

Variations sur Paul Valéry, Roland Barthes, Chrétien de Troyes, Molière…

 

Réalisation Yves Angelo

 

Sortie du DVD chez Tôt ou tard le 17 novembre 2008

plus d'infos sur www.totoutard.com

 

 

 

 

“La réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.”


 

Par où commencer ? Car il y a bien eu un commencement, un point de départ à ce voyage jusqu’à l’ultime halte que représente aujourd’hui ce spectacle de pur théâtre devenu film… Je me replonge lentement à l’intérieur, au-dedans de cette voix de Fabrice Luchini écoutée voilà plus de quinze années lors d’une promenade dans le bois du château de Valençay, cette voix qui me faisait partager, comme on partage un repas ou un vin délicieux, sa première rencontre avec Roland Barthes dans l’appartement de celui-ci : et je me rappelle avec la plus grande clarté m’être senti alors à cet instant-là l’unique spectateur d’un moment de théâtre offert par lui, ou pour lui, dans un espace improbable qu’il arrivait à réduire en espace de scène. L’espace de sa voix. L’espace de son regard et de son incroyable énergie. L’espace de sa ferveur et de son intelligence à nous surprendre. Nous faire découvrir notre faculté jusqu’alors insoupçonnée, à ressentir les mots sans avoir besoin de les analyser pour en comprendre le sens. J’ai connu avec lui maintes autres occasions de ce genre, au café, dans la rue, chez moi ou chez lui, et même sur les plateaux de cinéma : des textes de Thomas Bernhard, des poèmes de Rimbaud, et aussi Nietzsche, Flaubert et bien d’autres… Et chaque fois, je regrettais en moi-même que ces instants ne puissent être gardés, comme on garde un livre cher ou une lettre importante. Mais je ne pensais pas alors à un film destiné aux autres, je pensais à un film pour moi seul, qui me permettrait de mieux comprendre pourquoi cette voix ouvrait une porte jusqu’alors fermée à la simple lecture d’un texte. Etre seul avec cette voix. Etre seul à l’écoute de cette voix…

Parce que cette voix qui parle avec le discours d’un autre, c’est la nôtre. C’est nous-mêmes.

 

« Le point sur Robert », à première vue, c’est le point sur Fabrice Luchini, mais pas dans le sens photographique de « faire le point ». C’est tout le contraire. Il nous parle de lui, certes, avec parfois force détails, mais l’image de lui-même qu’il est censé présenter ne prend forme que dans le révélateur, au sens chimique et photographique du terme, des auteurs dont il est la voix. C’est pourquoi il n’y a pas un Robert, mais une multitude, allant de Paul Valéry à La Fontaine, de Roland Barthes à Rimbaud : il est dans ce spectacle le lien direct et indirect entre eux, il incarne à sa manière la descendance des uns vis-à-vis des autres.

 

Il dit. Nous les écoutons. C’est aussi simple que cela.

 

Ecouter Fabrice Luchini sur une scène, c’est voir des feux follets dans la nuit, c’est le jet de pierres dans le lac et les multiples cercles qui s’y forment et qui nous amènent à explorer tout un champ de possibles, c’est nous faire comprendre l’exceptionnelle force et soutien que peut représenter la littérature, c’est aussi nous faire rire, de nous-mêmes avec la plus grande légèreté. Et filmer la voix de Fabrice Luchini, c’est simplement répondre à l’appel de cette voix, être à son écoute dans une présence « sensible », toujours organique. C’est essayer de garder intact l’énergie de son vouloir, c’est ne pas fausser le trait par l’intention que le cinéaste serait tenté d’y mettre, pour y surexposer sa vision. L’admiration est chose assez rare pour être préservée : la réalité de ce film n’est rien d’autre que l’admiration portée à ces textes et à la voix qui les révèle.

« La voix humaine me semble si belle prise intérieurement au plus près de sa source, que les diseurs de profession presque toujours me semblent insupportables quand ils prétendent interpréter les textes alors qu’ils ne font que débaucher les intentions et le chant des mots combinés ». Ecoutez et regardez Fabrice Luchini interpréter ces textes sans jamais en débaucher les intentions !  Un acteur au travail. Plus encore, un grand artiste qui nous élève à son niveau en même temps qu’il s’accomplit.

Route de braises, et non de cendres. Prenez cette route avec lui, et vous comprendrez que la poésie sera toujours une chose préservée.

 

                                                                            Yves Angelo. 14 juillet 2008

 

Edouard Baer au Théâtre Marigny jusqu'au 10 janvier

NEW-BAER-40X60.jpg

 

Un an et demi après le succès de Looking for Mr Castang, Edouard Baer et sa troupe reprennent les représentations de la pièce du 16 décembre 2008 au 10 janvier 2009 au Théâtre Marigny. Qu’on se le dise !

  « Looking for Mister Castang »

Un spectacle comme ça ? Ca n’existe pas.

 

Après avoir créé « Mr Castang » à la Cigale en 2007 et,  avouons le encore sous le choc du triomphe du spectacle auprès d’un public multi générationnel, la troupe d’Edouard Baer s’est séparée, chacun a couru la route, la scène, le cinéma , la prison…(cherchant à oublier  ces images obsédantes de guichets pris d’assaut par une foule furieuse de ne plus trouver de places libres).

 

1 an après et pour la dernière fois (qu’on se le dise) les revoilà plus mûrs, plus beaux, plus riches dans « Un Mister Castang »  affiné comme un fromage de terroir. Comme Napoléon allait de victoire en victoire, les voilà qui sillonnent la France et la Francophonie et miracle du calendrier, leur périple prend fin à Paris (Île-de-France, département de la Seine) pour les fêtes de fin d’année.

 

« Mister Castang » à Paris, c’est 13 artistes au service d’une épopée aventureuse à travers les dangers de l’époque et les folies du monde du spectacle. « Mister Castang » au théâtre Marigny c’est la dernière fête de 2008. C’est Baer et ses amis dans les bras de tonton Lescure, avant l’explosion finale, la fin sans doute du monde, en tout cas de la grande aventure « Castang ».

 

Mister Castang célèbre producteur hollywoodien a donné rendez-vous à Luigi—Edouard Baer. Ce qui devait être la rencontre d’une vie se transforme au gré des apparitions et disparitions du producteur excentrique, en jeux de piste à travers le monde. Un périple auquel Luigi croisera stupéfait un télévangéliste américain…Un pygmée…Une paysanne très chique… Des emmerdeurs de touts acabits… Une jeune fille rêveuse…Un guérillero carioca…La fille d’Indiana Jones… Un vendeur ambulant hindou… Un sage africain… Des amoureux du passé… Un couple inquiétant surgi d’un film de David Lynch et même Fernandel…Avant de finir en feu d’artifice dans les bras de Mister Castang… Ou presque. Bon voyage !

 

Merci de votre attention.

 

Toutes les infos sur http://www.lookingformistercastang.fr/

 

Du 16 décembre 2008 au 10 janvier 2009 au Théâtre Marigny

Tous les jours, du mardi au vendredi à 20h30

Samedi à 17h00 et 21h00

Relâches dimanche & lundi

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu