Avertir le modérateur

02/10/2009

Mustang en a dans le pantalon

MUSTANG-4-lo-def-(photo-de-Dimitri-Coste)0.jpg

Si le trio clermontois a le cœur à Memphis, c’est dans l’effervescence du Manhattan souterrain que ses chansons puisent leur électricité. Car Mustang réussit le prodige d’être à tu et à toi avec le Lou Reed de 1967 autant qu’avec Johnny Cash, de présenter la guitare immaculée de Scotty Moore au synthé crotté de Suicide, de faire surfer Dick Dale sur les déferlantes de la new wave. Plus audacieux encore, c’est dans la langue de Ronsard et Nino Ferrer que Jean Felzine signe, déjà, des textes où amour courtois rime avec humour narquois. Avec Mustang, le yéyé se retrouve en effet déniaisé – par le miracle d’une écriture acerbe et sexy, la variété française des sixties figure soudain au rang des idiomes musicaux modernes.

Sur scène, l’effet est soufflant : dans des bars minuscules comme à la Coopérative de Mai, les sets de Mustang font défiler le Grand Ole Opry et Max’s Kansas City, le Golf Drouot et le CBGB, moissonnent les cœurs et font taire les moqueurs. Cette rencontre d’un jeune Elvis, frais émoulu des studios Sun, et du rock urbain le plus malsain ne pouvait passer inaperçue : repéré par la presse spécialisée (Les Inrockuptibles, Rock & Folk, Magic) comme par les comités de sélection du Printemps de Bouges et des Francofolies de la Rochelle, Mustang caracole aujourd’hui sur tous les fronts.


 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu